La naissance de Gy le lutin

Comme chaque matin d'été, lorsque la nuit commence à céder la place au jour, assise à l'abri sous le pommier, une tasse de mon thé froid préféré à la main, j'observe avec délice mon jardin en permaculture.


Tout a poussé et il est rempli de légumes bientôt prêts à être récoltés.

Quelle merveilleuse magie que celle de la nature !

Plus les jours passent et plus j'ai l'impression de faire partie de ce fabuleux décor. Mes yeux sont devenus aguerris et curieux de tout.


Une fois mon thé terminé, je me lève et procède à l'inspection !

La beauté des fleurs de courgettes me sautent aux yeux. Les carottes me font des coucous et commencent doucement à montrer le bout de leur nez. Quant aux tomates, elles mettent de la couleur au vert dominant de mon potager.


Puis, mes yeux se posent sur les poireaux...un conte se glisse dans mon cerveau. Un petit lutin pas plus grand que mon pouce, habillé tout en brun et coiffé d'un chapeau prend forme dans ma tête et me chuchote une histoire. Il se pose alors une drôle de question : "Pourquoi Monsieur le Poireau a toujours la tête en bas et les pieds en l'air ?"


Il ne m'en faut pas plus pour écrire ce conte, l'illustré et faire entrer Gy le lutin dans la Maison des contes !


Quelques temps plus tard, me voici face à mon auditoire avec cette question à laquelle Monsieur le Poireau refuse de répondre. Intrigués, les enfants me proposent toutes sortes de solutions pour aider le petit lutin.

J'aime les faire participer, les inciter à prendre la parole, à inventer et à trouver toutes sortes de stratégies. Puis vient le temps de la réponse, une réponse si simple qu'elle les fait bien rire ! Maintenant, ils ont juste envie de courir dans le jardin pour découvrir à quoi ressemble, en vrai Monsieur le Poireau, et à essayer d'apercevoir Gy le lutin.


Puis, ils me demandent :

"C'est quand que tu nous raconte sa prochaine aventure ?"


A moi donc de retourner au jardin, de faire silence et de tendre l'oreille. D'ouvrir grands mes yeux et d'écouter le chant magique de la nature, peu importe le temps et la saison !


Et vous savez quoi ? Ca marche !!!


Mon jardin me chuchote que le plantain avec ses feuilles en forme d'épée est un combattant hors pair. Les mots glissent sur mon cahier, me voilà repartie en voyage avec Gy !